Sophie Hunger – 1983

28 mai 2010
By Celia

2258_hunger-1983

Après avoir écouté plus d’une dizaine de fois le premier single de « 1983 », deuxième opus de la suisse Sophie Hunger, je me suis décidée à en décrocher pour écouter le reste de l’album de cette artiste atypique, classée hâtivement « rock » par la critique alors qu’elle a signé chez Universal Jazz!

Une voix aux intonations jazz, une mélodie lo-fi comme les aime Radiohead…« Leave me with the monkeys » résume à lui tout seul les influences musicales de la jeune Sophie Hunger. Comme celle-ci l’a confié au webzine Culturofil en 2009 (lien vers l’entretien), elle commença par écouter les grands maîtres du jazz (Ray Charles, Billie Holiday, Nina Simone,..) puis se tourna ensuite vers le rock  (Dylan, Jeff Buckley, Radiohead).  « Leave me with the monkeys » est une bonne cartographie de cette artiste protéiforme, en équilibre entre deux mondes.

Ainsi, dès la pochette de l’album, l’artiste signe son refus de se laisser enfermer dans un style : mon album, tu l’aimes ou tu te casses. Du rock au cabaret, de la ballade au piano à la country,  l’album ne se tient que sur le fil de la mélancolie instillée d’un titre à l’autre par sa voix de basse. C’est son plus bel instrument, dont elle dompte et retient en permanence la violence. Sur « Lovesong to everyone », elle se fait scat bluesy. Sur « Breaking the waves », elle vire complainte irlandaise. C’est une prière mystique à la Jeff Buckley qui nous est adressée sur « Headlights ». Moins réussie est la reprise du morceau de Noir Désir, « Le vent nous portera » : hommage trop appuyé sans doute.

La plasticité vocale de Sophie Hunger est le point fort et en même temps la pierre d’achoppement de l’album. Comme l’instrumentation n’est là qu’en contre-point d’un chant qui se métamorphose d’un titre à l’autre, « 1983 » manque de corps sur la distance. La réalisation est cependant prometteuse : la ligne directrice est là, le balancement rock-jazz est en place, il ne reste plus qu’à laisser se déployer cette voix sublime au-delà de toute référence.

Tags: , , ,

3 Responses to Sophie Hunger – 1983

  1. lukino on 17 avril 2011 at 23 h 42 min

    le vent nous portera n,est pas moins réussie mais pas du tout. 1983 manque de corps sur la distance?????????????????? WOW quelle belle phrase!!!!!!!!!!!!!!! de quelqu’un qui a fait combien d’album????????
    Moi j’aime sans réserve Bravo Sophie

  2. lukino on 18 avril 2011 at 0 h 34 min

    Le vent nous portera n’est pas moins réussi, mais alors pas du tout…
     »1983 manque de corps sur la distance » ??? Wow quelle belle phrase qui mérite des explications s.v.p.!!!
    La personne qui écrit un commentaire semblable a combien d’ albums à son actif passé, présent, avenir ???
    Moi j’aime sans réserve… Bravo Sophie

    Lukino

  3. lukino on 18 avril 2011 at 14 h 02 min

    Bonjour Celia, je crois que cet album est non seulement prometteur, il est réussi tout simplement. ‘Le vent nous portera’ de Noir Désir est à mon avis une version très belle, je dirais même plus p-e la plus belle chanson de l’album! Question de goût… ’1983 manque de corps sur la distance’ cette belle phrase mérite explications Celia…
    bref j’aime cet album de Sophie Hunger sans réserve…
    Bonjour Luca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*